Armoires de la Gendarmerie Nationale

La gendarmerie a une mission de sécurité publique et de police judiciaire. Elle intervient principalement en zone rurale et périurbaine pour lutter contre la délinquance, assurer la sécurité des personnes et des biens, participer au renseignement et porter secours et assistance aux personnes en difficulté. De ce fait, elle a un contact privilégié avec la population et joue le rôle de police de proximité.

Sa devise est : « Pour la Patrie, l’Honneur et le Droit »

Son histoire

La gendarmerie est l’héritière des maréchaussées dont la création remonte à la guerre de Cent ans (1337 – 1457) pour contrôler les débordements des troupes.

Évolution de la tenue des gendarmes

Ses premiers ancêtres sont la Connétablie de France et la Maréchaussée. Le connétable déléguait ses pouvoirs à des maréchaux qui, eux-mêmes, s’appuyaient sur des prévôts.

Initialement, la Maréchaussée avait pour mission le contrôle des mercenaires qui semaient le désordre, pendant et après la Guerre de Cent Ans. Ses compétences en matière en justice ont continué jusqu’à la révolution française.

Sous l’Ancien Régime (du XVème siècle à 1789), deux dates sont à retenir :

– 1536 : l’édit de Paris étend le domaine de compétences de la Maréchaussée : la population civile entre désormais dans son rayon d’action.

– 1720 : la maréchaussée, placée sous l’autorité administrative de la gendarmerie de France, est répartie en brigades sur l’ensemble du royaume. Il s’agit d’un corps de cavalerie lourde, en lien avec la maison militaire du roi, dont les effectifs sont néanmoins relativement faibles.

À la veille de la Révolution, elle compte 4 114 hommes pour 26 millions de Français environ et ses missions sont ainsi définies pour plusieurs siècles : rechercher et poursuivre les malfaiteurs, assurer la libre circulation des biens et des personnes, garantir le bon comportement des troupes, veiller au maintien de l’ordre lors des fêtes et autres rassemblements, maintenir en toutes circonstances la sûreté et la tranquillité publiques.

En 1791, la Maréchaussée reçoit son nom actuel de Gendarmerie nationale et, afin de respecter la séparation des pouvoirs, elle perd les quelques missions de justice qu’elle détenait jusqu’alors. Elle est sous la tutelle du ministère de la Guerre (l’actuel ministère de la Défense). Dès lors, la gendarmerie nationale est une force de police à statut militaire, responsable de la sécurité dans les zones rurales et périurbaines, aussi bien en métropole qu’en outremer.

Sous le Consulat et l’Empire, la Gendarmerie occupe une place de premier plan dans le dispositif militaire de Napoléon Ier ; elle est alors dotée d’une inspection générale (ancêtre de la Direction Générale de la Gendarmerie Nationale) qui fut supprimée après la fin de l’Empire. Entre 1815 et 1845, le pouvoir royal se méfie de cette institution car elle est associée aux bonapartistes.

Elle revient en grâce sous Napoléon III : les effectifs sont augmentés et son caractère militaire est réaffirmé mais il faut attendre la fin de la Première Guerre mondiale pour qu’elle prenne véritablement son essor.

La gendarmerie héritière des maréchaussées

L’occupation, pendant la seconde guerre mondiale, est, pour la Gendarmerie, comme pour toutes les autres institutions, une période délicate. L’institution, dépendant du régime de Vichy, est contrainte de collaborer avec l’occupant, ce qui n’exclue pas, en de nombreux lieux en France, des actes de résistance de la part de gendarmes et d’officiers.

Dans les années 70, la Gendarmerie se modernise, acceptant les appelés du contingent et les Gendarmes Adjoints Volontaires après la suppression du service militaire, et ses effectifs se féminisent.

Au 21ème siècle, la gendarmerie nationale est présente sur 95 % du territoire et vient en aide à près de 55 % de la population française. Sans perdre son statut militaire, elle s’est rapprochée du Ministère de l’Intérieur auquel elle a été rattachée en 2009, rejoignant la Police nationale et les Sapeurs-pompiers.


Disponible à tout moment, 24h/24, 365 jours par an, elle est capable de réagir aux crises soudaines et de s’adapter à toutes les situations.

Cours de la gendarmerie

La brigade de gendarmerie de Mirepoix

Dans un premier temps, elle fut installée sur le cours Chabaud, avant de prendre ses quartiers rue Gabriel Fauré, pendant de nombreuses années. En 2019, elle a été transférée dans des locaux flambant neufs rue François Mitterrand, mieux adaptés aux conditions de travail des 12 gendarmes qui composent la brigade de gendarmerie. Sous les ordres du major Laurent BELLECOSTE, elle couvre 30 communes du territoire mirapicien.

Les gendarmes de la BTA (Brigade Territoriale Autonome) de Mirepoix sont polyvalents ; ils effectuent différentes missions de :

  • Sécurité publique

Leur mission première consiste à préserver l’ordre public, c’est-à-dire assurer ou rétablir la paix, la tranquillité et la sécurité dans la circonscription. Ils contribuent à protéger et rassurer la population et établir les contacts nécessaires à l’indispensable remontée du renseignement. La prévention de proximité permet d’exercer une présence dissuasive, de déceler tout comportement susceptible de porter atteinte à l’ordre public et d’interpeller les auteurs d’infraction.

  • Police judiciaire

La police judiciaire constitue une mission essentielle de la gendarmerie. Les militaires des BTA s’impliquent résolument dans son exercice centré sur la lutte contre la petite et moyenne délinquance et destiné à apporter une réponse aux victimes.

  • Sécurité routière

Contribuant à limiter le nombre de drames sur les routes occasionnés par des comportements irresponsables ou dangereux, la mission de sécurité routière constitue l’une des priorités opérationnelles des gendarmes de la BTA. Leur action est coordonnée avec celle des unités d’appui, tant dans le domaine préventif (piste de conduite, …) que répressif (contrôle alcoolémie renforcé, …).

  • Accueil

L’accueil revêt une importance majeure dans la capacité de réponse qu’offre la gendarmerie. Conformément à la charte de l’accueil du public et de l’assistance aux victimes, la qualité de l’accueil s’appuie sur un comportement empreint de politesse, de retenue et de correction. Elle se traduit par une prise en compte immédiate des demandes du public.

  • Renseignement

La recherche du renseignement est une des missions essentielles et permanentes des militaires affectés dans les BTA, afin de préserver la paix et la tranquillité publiques, pour agir et réagir efficacement, mais aussi pour informer les autorités d’emploi.

Inauguration de la nouvelle gendarmerie

La Brigade de Gendarmerie de Mirepoix est intégrée au cœur du territoire et de la population dont elle assure la protection. Cheville ouvrière de la gendarmerie départementale, elle incarne la représentation la plus déconcentrée de l’autorité de l’État et de la communauté militaire.

Véritable pilier de la sécurité intérieure de proximité, la brigade de Mirepoix est organisée de façon à pouvoir agir sur l’ensemble du territoire qui lui a été confié et à être en mesure d’apporter une réponse appropriée dans des délais compatibles avec la nature de chaque intervention.

Accueil du public

Du lundi au samedi de 8 h à 12 h et de 14 h à 18 h

Dimanche de 15 h à 18 h

Tel. : 05.61.68.10.17 – Courriel : bta.mirepoix@gendarmerie.interieur.gouv.fr