MIREPOIX, commune sans pesticide

Les produits phytosanitaires chimiques ne seront plus utilisés dans le traitement et la gestion des espaces communaux, le conseil municipal a décidé de les supprimer.

Communément appelés pesticides (désherbants, débroussaillants, insecticides…), ils peuvent entraîner de graves problèmes de santé pour l’homme et de nombreuses dégradations de l’environnement, en polluant notamment les rivières.

90 % des pesticides sont achetés par les agriculteurs, pourtant en milieu urbanisé, là où 10 % des pesticides sont utilisés par les jardiniers amateurs, les gestionnaires d’espaces verts privés ou les communes, le risque de pollution de l’eau est estimé à 30 %.

De plus, la loi LABBÉ du 6 février 2014 (modifiée par la loi du 17 août 2015) prévoit une interdiction de leur utilisation pour l’entretien de la plupart des espaces communaux depuis le 1er janvier 2017 et pour les jardins particuliers à partir du 1er janvier 2019.

Pour toutes ces raisons, en 2017 et 2018, le Syndicat du Bassin du Grand Hers (SBGH) a accompagné la collectivité dans une démarche de gestion raisonnée sans pesticides, avec l’aide du bureau d’études TERRITORI et les subventions de l’Agence de l’Eau Adour-Garonne à hauteur de 70 %.

 

 

Notre commune se met au vert

L’enjeu pour la commune est de supprimer la quantité de produits chimiques utilisée sans augmenter la charge de travail des agents et en améliorant le cadre de vie des habitants. Ainsi, un effort sera fait sur l’embellissement paysager de la commune, comme palliatif au traitement phytosanitaire.

Dans les prochains mois, les agents communaux mettront en pratique la nouvelle gestion des espaces verts à laquelle ils ont été formés.

Ces nouvelles techniques induiront des changements visibles dans certains espaces de la commune qui pourront être déstabilisantes dans un premier temps. Cependant, ces nouveaux aménagements sont à mettre en perspective par rapport aux risques liés aux produits phytosanitaires et aux réglementations qui s’imposent à la commune.

Nous devons également apprendre à poser un nouveau regard sur ce que l’on appelle les « mauvaises herbes » et sur la place de l’herbe en ville.

Vous verrez prochainement en action des machines de désherbage alternatif tel que désherbeur à air pulsé ou encore à eau chaude.

Pour aller au-delà de ces matériels nous avons aussi mis en place des solutions préventives comme des plantes couvre-sol, plantées sous bâches pour prévenir la pousse de l’herbe.

 

Arrosage, désherbage manuel et binage, les employés communaux participent à l’embellissement du cadre de vie

Plaisirs des yeux, plaisirs des sens, les beaux jours arrivent avec une nouvelle saison de fleurissement à mettre en œuvre pour les agents du centre technique municipal.

Cette année encore, les employés communaux participent à l’embellissement de notre ville. En effet, pas moins de 1600 plants de fleurs annuelles sont disposés sur les différents massifs et jardinières de la cité. Des compositions florales généreuses et colorées de bégonias, pétunias, géraniums, sauges, gazanias, etc. autant de variétés invitant à l’harmonie et la détente.

Les équipes du centre technique municipal veilleront à l’entretien de l’ensemble de ces pelouses et espaces fleuris en réalisant sur toute la saison estivale : arrosage, désherbage manuel et binage, nécessaires au bon développement de ces palettes végétales.

Ainsi, les habitants et les nombreux touristes de notre belle commune pourront bénéficier d’un cadre fleuri agréable et à la hauteur de leurs attentes.

 

Des agents communaux formés à la taille raisonnée des végétaux

Notre commune bénéficie d’un patrimoine arboré assez important composé en grande partie de platanes (platanus x hispanica).

Dans le cadre de la mise en place de la gestion durable et afin de répondre au mieux aux enjeux environnementaux, les agents du centre technique municipal ont été formés et sensibilisés aux pratiques de la taille raisonnée des végétaux.

 

La technique de taille par réduction sur tire sève, effectuée par les agents en charge de l’élagage, est particulièrement bien adaptée à ces nouveaux enjeux de gestion différenciée de notre patrimoine végétal.

Cette technique permet de contrôler le volume et la hauteur de l’arbre, tout en lui garantissant une reprise et un état sanitaire satisfaisants.

Aujourd’hui, l’arbre en ville doit être considéré comme un élément majeur, vecteur d’un cadre de vie agréable et durable.

 

Nicole QUILLIEN, Maire et Vice-Présidente du Conseil Départemental, donne l’exemple : « le vélo c’est éco… écologique, économique »

 

Afin de s’inscrire dans des pratiques plus vertueuses pour l’environnement, nos agents ont été sensibilisés à l’utilisation raisonnée des véhicules, engins de chantier et matériel thermique. Des consignes leurs ont été données sur l’optimisation des déplacements dans l’exécution des tâches et missions quotidiennes d’entretien du patrimoine communal.

A l’image de Madame le Maire, les chefs d’équipes, le directeur du centre technique, les agents de la police municipale, acteurs et facilitateurs de la démarche, se déplacent à chaque fois que cela est possible à vélo ou en patinette.

Encore un bel exemple de prise en compte du développement durable et de mise au vert de nos services communaux.